Disons Demain / Edito / Sexualité masculine chez les plus de 50 ans : 6 idées reçues !
share on facebook

Sexualité masculine chez les plus de 50 ans : 6 idées reçues !

La sexualité à la fleur de l’âge – sujet tabou dont on ne parle que très peu – est un phénomène bien présent dans la société et qui ne connaît (presque) pas de limites. Allongement de l’espérance de vie, bonne santé, progrès de la médecine, évolutions sociologiques et autonomie des femmes, ont permis de prolonger considérablement la pratique des actes sexuels à tout âge. Pour le plus grand bonheur de ces messieurs…

Non, la vie sexuelle ne s’arrête pas après 50 ans ! Contrairement aux idées reçues, les hommes de 50 ans et plus restent bel et bien actifs après avoir franchi le cap de l’âge intermédiaire. Petit tour d’horizon des clichés largement répandus sur le sujet :

Idée reçue #1 : la crise de la cinquantaine sonne le glas de la sexualité.
Preuve en est : aujourd’hui une très grande majorité des cinquantenaires et plus fait encore régulièrement l’amour. Ainsi, 86% des hommes mariés et (79 % des femmes) révèlent avoir eu un rapport sexuel au cours du dernier mois. Et ce n’est pas parce qu’on a passé la barre de la cinquantaine qu’on en devient moins désirable ! Pour illustrer ce retour en force de l’homme mûr, on peut rappeler que des célébrités comme George Clooney, Sean Penn, Hugh Grant, Viggo Mortensen et Antonio Banderas continuent d’affoler le beau sexe. Et ce sont loin d’être des cas isolés !

 

Idée reçue #2 : plus on vieillit, plus c’est court.

Si la fréquence des rapports sexuels s’est renforcée, la durée de l’acte en lui-même s’est parallèlement rallongée. En effet, la longueur moyenne du rapport sexuel chez les plus de 50 ans est passée d’à peine une quinzaine de minutes à plus de 20 minutes au cours de ces dernières décennies. À titre de comparaison, une étude américaine a révélé en 2005 que l’acte sexuel moyen durait à peine 7,3 minutes, toutes tranches d’âges confondues ! Avantage aux seniors, donc. Par ailleurs, avec l’âge, aucun risque de voir vos ébats stoppés net par un trop plein d’excitation. Place, à l’inverse, à de longues soirées coquines sous les draps…

Idée reçue #3 : en vieillissant, les hommes sont avantagés sur le plan sexuel.

De nos jours, l’écart de fréquence des rapports sexuels chez les hommes et les femmes n’est plus aussi flagrant qu’auparavant, et le mâle dominant n’a plus forcément le monopole du « bel âge ». La femme cougar (ayant des relations sexuelles avec des hommes plus jeunes) et plus décomplexée a depuis un certain temps fait son entrée dans l’arène. Et si la ménopause peut être un frein chez les femmes côté sexualité, les hommes peuvent être touchés, dans certains cas, par des troubles de l’érection. Parité oblige : le match hommes-femmes s’achève par un ex-aequo ! Avis à vous, Monsieur, l’excès de testostérone est à réserver pour le boudoir.

 

Idée reçue #4 : après 50 ans, on perd l’envie (d’avoir envie).

Heureusement, l’envie de réaliser l’acte sexuel et le désir de préliminaires se maintient tout au long de la vie, chez l’homme comme la femme. Les pulsions sexuelles sont peut-être un peu moins fortes qu’avant, mais bien présentes en tous cas ! Remettre le couvert ou accéder à l’orgasme est toujours possible, avec un peu plus de patience toutefois. Les rêves érotiques demeurent aussi ad vitam eternam passé le cap de la cinquantaine. Et puis, en cas de panne, il y toujours le Viagra qui permet aux hommes de retrouver une seconde jeunesse avec à la fois une érection durable, un orgasme assuré et une sensation érotique augmentée. Jack Nicholson, Michael Douglas et Julio Iglesias sont d’ailleurs des consommateurs assidus de la petite pilule bleue. Et visiblement, ça marche bien pour eux…

 

Idée reçue #5 : plus on vieillit, moins c’est bon.

Ce préjugé ne possède aucun fondement valide car le plaisir procuré par le sexe après 50 ans peut être bien plus fort qu’à 20 ans, l’expérience du corps aidant… Après des années de pratique, on sait ce qui fait plaisir à l’autre et ce qu’il vaut mieux éviter de réaliser. Comme à tout âge, le sexe c’est une question de montagnes russes : avec ses montées d’adrénaline et ses phases de descente.

Idée reçue #6 : on a moins le temps de le faire.

Passé 50 ans, les hommes atteignent a priori le pic de leur carrière professionnelle et faire ses preuves au travail n’est plus une nécessité. Les enfants sont partis de la maison et la retraite est à portée de vue. Les occasions de faire l’amour sont donc multiples. Si on nage dans la sérénité et le bien-être grâce au sport et aux amis c’est encore mieux ! La sexualité après 50 ans peut même se convertir en un divertissement très ludique pour occuper les longues soirées d’hiver… et les longues journées d’été ! L’occasion de tomber la chemise ne manque donc pas.
Le sexe est avant tout une question de corps et d’esprit chez les mâles dans la force de l’âge. Si le moral et la santé vont, tout va ! On peut aussi suivre les conseils de ce bon vieux George Clooney sur le sujet : « Je suis à l’aise avec l’idée de vieillir, qui est toujours mieux que l’autre option qui est de mourir. Je choisis ainsi de vieillir ».
Alors, pourquoi se priver de « jouir sans entraves » passé un certain âge ? La vie est brève et le désir sans fin…


Qu'attendez-vous ? Qu'attendez-vous ?

Fermer X